Je collecte
des fragments de mémoire abandonnés qui témoignent de vies anonymes, oubliées,

du linge, des vêtements usagés,

des photos de famille aux visages étrangers, des regards mélancoliques, des sourires timides qui me font signe et viennent compléter mon album imaginaire,

des mots tendres d'éloignés écrits avec application ou quelquefois humblement dessinés sur des cartes postales.

 

Ces fragiles reliques portent la trace des absents.

Je tente de les sortir de l'oubli, de les faire revivre.

 

Des chemises de femmes usées, savamment rapetassées m'ont raconté leur histoire.

Les traces des corps, des mains se sont imprimées sur ces vêtements intimes portés au plus près de la peau. L'étoffe élimée, ridée, froissée est devenue peau douce et tendre. Elle révèle à la manière d'un palimpseste l'histoire de ces femmes. Au creux des blessures, des réparations, j'essaie de déchiffrer leurs secrets.
Cachés dans les plis, je retrouve les espoirs, les attentes, la vie qui se dévide. Je transcris les petits mots doux conservés sur le cœur.